Le storytelling (par Pixar) – partie 1

Storytelling

Cet article s’inspire du site Khan Academy où l’on peut y trouver plusieurs cours super intéressants, mais aussi les cours de Pixar sur l’art du storytelling, l’art de la lumière (lighting), la science de la couleur, l’animation, les FX, et bien d’autres ! Je vous invite fortement à allez faire un tour sur le site.

Ici nous allons discuter storytelling ! Ayant un projet perso qui me tient à cœur, j’ai dû écrire le pitch encore et encore jusqu’à ce qu’il soit à peu près potable. Même aujourd’hui je continue de le modifier afin de le peaufiner. Et ce sur quoi nous allons commencer :

l’Ecriture

Tout commence par l’histoire. Nous racontons des histoires depuis que nous pouvons parler, probablement même avant. Le pouvoir des histoires est qu’elles ont la faculté de nous connecter entre nous émotionnellement (si c’est bien fait).

Comme le raconte Pete Docter dans la vidéo ci-dessus : La chose qu’il entend est le conseil suivant : “Ecris ce que tu sais”

Pourquoi écrire sur ce que je sais?

Lorsque nous écrivons, il est préférable d’y ajouter du vécu, car cela nous a fait ressentir quelque chose de fort émotionnellement. Repensez à une expérience de votre vie où vous avez ressenti de la joie, la peur, la tristesse ou la colère…

Lorsque Pete Docter à travaillé sur Monster & Cie, ils avaient commencé par présenter le film comme étant des monstres qui doivent terroriser les enfants pour gagner leurs vies. Mais quand ils ont pitché le films il était “vide” de sens et l’on ne comprenait pas ce que le film voulait raconter. C’est en réécrivant qu’ils ont fini par trouver la solution, celle d’un homme (Sullivan) qui devient un père (relation avec Bouh). Il vivait justement cette situation depuis l’arrivée de son enfant, il écrivait donc ce qu’il vivait/savait.

Comment commencer à raconter des histoires ?

Pour continuer sur notre lancée, je vous propose de visionner cette 2e vidéo qui parle des idées et d’où elles viennent.

D’où viennent vos idées ?

Les idées viennent des expériences de notre vie, personne ne vit exactement la même vie qu’un autre et n’en ressentent pas les mêmes émotions, car nous sommes tous uniques.

C’est pourquoi raconter une histoire sur quelque chose que nous avons vécue va nous permettre de peaufiner peu à peu notre storytelling, et faire apparaître de nouvelles idées.

Ne partez pas dans le but de créer l’histoire de votre vie, qu’elle va révolutionner le monde ainsi que votre existence, juste commencer simplement par raconter une petite histoire en vous aidant d’expériences de votre vie. Pour vous aidez, repensez à la dernière fois où vous avez été joyeux, en colère, triste ou dégoûtée… puis continuer !

Exercice 1 :

Pour terminer cet article, je vous propose de réaliser l’activité 1 donnée par Pixar. Le but étant de vous familiariser avec le storytelling, cet exercice est à faire sans modération ! Aussi, n’hésitez pas à partager votre exercice dans les commentaires, j’y posterais les miens.

  1. Repensez à un souvenir dont vous vous rappelez parfaitement. Cela doit être un souvenir qui ne vous demande aucun effort particulier et vous vient facilement.
  2. Pourquoi pensez-vous que vous vous en souvenez si bien ? Essayez d’y connecter une ou plusieurs émotions à ce souvenir.
L'art du storytelling - Les émotions
Tristesse / Joie / Peur / Dégoût / Colère

3. Maintenant, essayez d’exprimer vos souvenirs et vos émotions d’une certaine façon. L’objectif ici est de faire sortir vos idées de votre tête.

Voici quelques idées de ce que vous pourriez faire :

Verbalement : Racontez votre souvenir à quelqu’un que vous connaissez. Arrivez-vous à lui faire ressentir certaines émotions?

Ecrire : Ecrivez votre souvenir en moins d’une page. Est-ce que les émotions apparaissent à travers vos mots?

Visuellement : Exprimez-vous en utilisant uniquement des formes et des lignes représentant votre souvenir. Est-ce que les émotions viennent en voyant vos dessins ?

2 Comments

  1. Je trouve ça compliqué le storytelling. Je suis du genre à aller droit au but en passant à coté des détails qui pourtant sont important pour l’ambiance général et instaurer une émotion.

  2. Le storytelling est un outil hyper puissant que quand on le maîtrise on peut aller très très loin. J’adore cet art, que ne maîtrise pas encore, mais que je pratique tous les jours… avec le copywrite… merci pour ton article!!

Laisser un commentaire